Entretien avec Florine Caro, créatrice du livre-jeu pédagogique

" Les 3 petits cochons" par Cécile.

Comment est né ce projet de livre-jeu pédagogique " Les 3 petits cochons" ?

Quand j'étais en troisième année à l'ESAD (Ecole Supérieure d'Art et Design) à Amiens on nous a demandé de réaliser un projet graphique libre qui sorte de l'école et se confronte à la réalité. Je ne savais pas trop quoi faire. A l'époque je m'intéressais au braille. Un samedi après-midi je suis tombée sur une vidéo de Josef Schovanec. Il y expliquait que quand il était petit on l'obligeait à lire l'album Elmer. Celui-ci est un éléphant multicolore, qui n'existe pas dans la réalité. De plus à chaque page la disposition des cases de couleur le composant changeait.

J'ai appelé ma mère qui est directrice d'école pour lui demander s'il y avait dans les classes des livres destinés aux enfants autistes. Elle m'a répondu que non. J'ai donc décidé d'écrire un livre pour les enfants autistes. J'allais partir d'un conte qu'on peut trouver en classe: " Les trois petits cochons". J'ai alors téléphoné au Centre Ressources Autisme d'Amiens. Ils m'ont invitée à passer. Un éducateur féru de BD m'a beaucoup écoutée et m'a dit que je devrais réécrire l'histoire. Ce que j'ai fait en enlevant les termes ambigus comme par exemple " belle" ou "solide" qui qualifiaient la maison. J'ai ajouté d'autres termes pour expliciter l'implicite, comme " par une échelle" pour signifier comment le loup monte dans la cheminée.
Ensuite j'ai réalisé un vrai travail graphique. Les illustrations sont épurées. Il n'y a pas de pagination. Le livre est en accordéon pour éviter à l'enfant d'avoir à tourner les pages et lui permettre de visualiser toute l'histoire. Chaque page est séparée en deux parties : l'image dans un cadre et en dessous le texte écrit puis traduit en pictogrammes. Un code couleur aide à la compréhension. Chaque cochon a une salopette, une maison, un matériau d'une certaine couleur. J'ai ajouté des magnets pour rendre le récit plus vivant et faciliter sa restitution.

Comment s'est articulé votre travail avec le CRA ?
Au cours de l'écriture et de la réalisation des dessins il y eu des allers-retours constants avec les professionnels du CRA qui me permettaient de faire les ajustements nécessaires. Puis le prototype a été testé avec trois enfants en séance d'orthophonie : deux petites filles de trois et quatre ans avec un autisme léger et un garçon de douze ans avec un autisme sévère. Je n'étais pas présente pendant la séance pour ne pas perturber le travail mais l'orthophoniste a enregistré les enfants et m'a fait un debriefing. Les petites filles avaient fait preuve d'imagination en proposant une maison noire pour le loup et le garçon avait parlé pendant une heure, ce qui ne s'était jamais produit en cinq ans. Ce fut une immense joie pour moi de constater les effets bénéfiques du jeu que j'avais conçu sur des enfants. Le CRA m'a alors conseillé d'aller voir Alain Royer des éditions Tom Pousse. Je ne me sentais pas légitime mais j'y suis allée, avec mon matériel en bois réalisé à la main.
L'éditeur ma dit que c'était génial mais que ça allait coûter cher, qu'il ne me promettait rien mais me proposait de chercher des financements. L'Education Nationale a accepté de nous financer mais à condition que nous nous engagions sur une série de quatre jeux.
L'éditeur a ensuite sollicité l'IME / SESSAD Madeleine Brès ainsi que la professeure des écoles Florence Cabellan pour la conception du livret pédagogique. Le livre-jeu est en effet destiné à la fois à des enfants avec troubles du spectre autistique et/ou déficience intellectuelle et à des enfants de maternelle.

 

Avez-vous eu des retours de parents, d'enfants et de professionnels sur le jeu ?
Oui on me dit que le livre-jeu améliore la compréhension de la structure narrative, la concentration jusqu'à la fin de l'histoire et permet de débloquer l'imagination puisque les enfants peuvent inventer d'autres scènes grâce aux magnets.
 

Vos illustrations sont à la fois très expressives et très épurées, ce qui donne au récit une grande clarté. Vous êtes graphiste, quels artistes influencent votre travail ?
Pour ce projet j'ai été influencée par l'univers de Paul Cox, dont les illustrations semblent naïves mais sont en réalité pleines de sagesse. J'ai cherché à adapter mon langage visuel à un public d'enfants sans tomber dans la mièvrerie.
Ce jeu est le résultat de trois ans de travail. J'ai utilisé la table lumineuse et les crayons de couleur. C'est une création très artisanale et minutieuse avec un soin particulier apporté à la texture, à la couleur, afin que le rendu soit le plus clair et lisible possible pour les enfants.
 

Ce projet vous a-t-il donné envie de continuer à travailler sur des supports pédagogiques et thérapeutiques ?
Absolument ! Je suis très intéressée par l'univers de la mode mais l'aventure humaine que fut ce projet a une toute autre dimension. Je travaille actuellement sur le deuxième livre-jeu, " Boucle d'Or et les trois ours".

Le travail sera axé sur les émotions.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly